Rechercher
Accueil
28 juil. 2021

Séminaire Interculturel - juillet 2021

 

Afin de préparer une carrière à l’international, chaque année les apprentis ingénieurs réalisent un stage de 6 mois à l’étranger. A défaut de pouvoir partir cette année à cause de la pandémie, Madame Maria THEDIM, notre Responsable du Pôle International, leur a concocté un séminaire Interculturel qui a eu lieu du 20 au 23 juillet dans nos locaux, cette dernière s’exclama : « S’ils ne peuvent aller explorer le monde, alors amenons leur le monde ! ».

 

 

 

Attentes des apprentis ingénieurs : INTERVIEW

Nous avons interviewé deux de nos apprentis ingénieurs deuxième années pour recueillir leurs attentes du séminaire.

 

 

Maveric Tiliole : « Plus tard, je souhaite avoir une carrière à l’international. En voyant le programme du séminaire, j’ai vu que des intervenants venaient des pays qui m’intéressent comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande. J’ai donc saisi l’opportunité de ce séminaire pour pouvoir bénéficier de leurs réseaux et pourquoi pas réaliser mon rêve. »

 

 

 

 

Alexis Crestin : « Pour ma part, j’attends de ce séminaire de pouvoir échanger avec les intervenants puisque nous n’avons pas pu partir en voyage à l’étranger, du coup c’est une manière indirecte d’avoir un retour d’expérience de personnes ayant travaillé à l’international et qui ont été confrontées aux difficultés interculturelles ».

 

 

 

 

Programme du séminaire interculturel

Tout au long de la semaine de nombreux internationaux sont intervenus pour échanger autour de l’interculturalité afin que les apprentis ingénieurs puissent appréhender positivement la diversité culturelle. 

 

Ainsi ce sont rythmés les divers ateliers :

 

  • Les différentes étapes d'une immersion interculturelle :

 

Madame THEDIM Maria, Docteure en Didactique des langues et cultures à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, a ouvert le séminaire par la conférence « LES DIFFERENTES ETAPES D’UNE IMMERSION INTERCULTURELLE ». Cette intervention se basait sur la notion de l’iceberg culturel, sur le MDSI (Modèle de Développement de la Sensibilité Interculturelle) et sur la théorie des dimensions culturelles. Le but de sa présentation était de faire un lien entre la théorie et la pratique des expériences qui seraient partagées ensuite dans la semaine.

 

 

  • Zone de confort, créativité et différences culturelles :

 

Présenté par M. HOUWERT Folpmer, Responsable des relations avec les parties prenantes pour le Tennis Australien, par le passé il a occupé des postes de direction dans l’industrie hôtelière et eu de nombreuses expériences interculturelles. Ce dernier a abordé l’importance de la créativité et de la zone de confort dans les échangent interculturels.

 

 

  • Se décentrer pour entrer en relation, clés pour l’interculturalité pluriverselle :

 

M. LEFEVRE Sébastien, enseignant chercheur en littérature et civilisation afro-hispaniques à l’Université Gaston Berger au Sénégal et membre de la revue de presse RED (Réseau d’Etudes Décoloniales) a animé cet atelier en parlant d’expériences de Français parti à l’étranger afin de montrer l’importance de se décentrer de soi pour pouvoir entrer en relation avec les autres. Et ainsi mener des concepts clés comme les relations l’interculturalité et la pluriversalité.

 

 

 

  • Dégustations découvertes :

 

L’occasion de promouvoir une interaction entre les futurs ingénieurs et les conférenciers a été réussi par le biais de bons petits plats dont les noms ne sont pas faciles à saisir. Les vedettes de la dégustation : les délicieux brigadeiros - une confiserie brésilienne chocolatée - préparés par Victoria T. Heisterkamp et Carmen T. Granadeiro Guimarães.

 

 

  • Sport, snags and chopsticks

Lors de cet atelier, M. FAVRE Jean-Michel s'est appuyé sur ses propres expériences de travail* dans le monde pour souligner l’importance de surmonter les différences culturelles afin de nouer des relations professionnelles de confiance.

*Il a travaillé en tant qu'ingénieur manager designer pour Mayfield Industries et Clipsal en Australie, et a occupé un poste de directeur d’usine pour Schneider Electric en France et en Chine. Il est l’ancien président de la section SA du groupe franco-australien de la chambre du commerce et de l’industrie. Il s’est également impliqué dans les Jeux paralympiques de Sydney en occupant le poste de directeur technique mais aussi en tant qu’athlète (tir à l’arc) aillant remporter de nombreuses médailles d’or lors des jeux paralympique à Atlanta, Barcelone et Séoul. Il est bénévole pour Limbs for Life.

 

  • Difficultés et paradoxes de la communication interculturelle :

Cet atelier a été animé par M. THIBAULT Emmanuel, anthropologue, photographe et membre du CIRRC, qui étudie les rituels contemporains et intervient régulièrement dans les ateliers « Nouvelles formes de médiation relationnelle » (Collège de France/EPHE).

Lors de cet atelier, M. Thibault Emmanuel souhaitait partager cette démarche avec les étudiants qui seront amenés par leur travail à vivre des situations concrètes de différences culturelles. L’approche qu’il a proposée aux apprentis ingénieurs est de faire un lien entre les cours théoriques sur la communication interculturelle et des situations qui peuvent être vécues sur le terrain. Ces situations vont des façons de saluer, manger, penser, travailler, au domaine relationnel, etc.

Il a abordé le sujet de l’éducation du regard et de la compréhension de la culture, plutôt que de s’arrêter à la considérer comme une différence.  En estimant par exemple qu’il ne peut y avoir de véritable rencontre si ne s’établit pas une collaboration entre plusieurs méthodes de travail.

 

 

  • Le TOEIC :

 

Mme CECCALDI Isabelle, a sensibilisé nos apprentis sur l’importance de maitriser la langue anglaise dans un contexte personnel ainsi que professionnel. Pour cela, elle leur a présenté le test du TOEIC et leur a délivré des conseils pour les y préparer.

 

 

 

  • Itinérance artistique et rencontres insolites :

Gallant Corinne, musicienne et comédienne suisse romande de la compagnie de théâtre itinérant Les ArTpenteurs, quant à elle, a abordé le sujet du tissage des liens professionnels et amicaux avec des personnes venant de divers pays pour favoriser la compréhension d’autres réalités et perspectives.

 

  • Apprendre du terrain : savoirs populaires et leurs prolongements en recherche scientifique et médicale :

Dans cet atelier GRAZ Bertrand, ancien médecin (Inde, Laos, Guinée, Mali) a partagé sa vision sur les savoirs locaux et techniques « maison » ainsi que les champs de découvertes en matière de repérage et de valorisation des savoir-faire populaires. Montrant ainsi que certains traitements développés par la médecine traditionnelle sont d’une efficacité comparable à celle des médicaments importés et peuvent inspirer des développements de technologies appropriées à divers contextes culturels.

 

  • Mises en garde :

Dans cette présentation, M. Wynn Adam s’est concentré sur toutes les choses nécessaires pour entreprendre des affaires et commercer avec un autre pays (le Japon). Il a alors offert quelques conseils pour gérer avec succès les différences culturelles et créer des relations culturelles fructueuses.

Par son travail en tant que vice-président de la Fondation Australie-Japon et en tant que Consul général honoraire du Japon à Adélaïde, M. Adam Wynn a grandement contribué à l'amélioration des relations commerciales et culturelles entre l'Australie et le Japon. En reconnaissance de sa contribution exceptionnelle, M. Wynn a reçu l'Ordre du soleil levant, des rayons d'or et du ruban de cou - le troisième ordre le plus élevé décerné par le gouvernement japonais.

 

  • Expérience en chine :

 

Cet atelier mené par par M. VIEITAS Ivo, vice-président et directeur général de Método Engenharia SA, est abordé par le biais d’une étude de cas concernant la collaboration entre un particulier et une entreprise privée chinoise sur un projet de joint-venture sur laquelle se concentre l’analyse des opportunités et des menaces perçues et traitées qui proviennent de différences culturelles.

 

 

  • Les études à l’étranger :

 

Simon NICHOLAS, M. Ed., Directeur de l’entreprise Austalienne Edugration, a partagé son expérience de travail avec des personnes de cultures différentes en offrant l’opportunité à nos apprentis ingénieurs d'entendre des anecdotes basées sur les expériences d'études de nombreux étudiants internationaux qui ont voyagé en Australie en provenance d'autres pays tels que le Japon, la Chine, le Brésil, l'Indonésie.

 

 

  • Identité et appartenance à un pays multicultural :

Cet atelier, présenté par Mme. Barrachina Margaret, traductrice et formatrice professionnelle en France, explore l’étude de l’Australie qui est un pays multiculturel. Cet atelier nous questionne sur qu'est-ce qu'être australien ? Quels sont les avantages et les défis de trouver une identité et une appartenance pour ceux qui viennent de différentes cultures ? Cette présentation réexplorera certaines des idées précédentes et offrira de nouvelles perspectives.

 

 

 

 

Pour conclure cette semaine de séminaire interculturel, les apprentis ingénieurs ont visionné le film Stupeur et tremblement de Amélie NOTHOMB qui illustre les différences culturelles auxquelles est confrontée une étudiante qui décroche un travail au Japon, pays dans lequel le monde du travail est complexe.

 

Nous tenons à vivement remercier Perrine CAILLAUX, Valérie GRIFFITHS, Margaret BARRACHINA et notamment Maria THEDIM pour l’organisation de ce séminaire interculturel. Nous remercions également tous les intervenants qui ont participé à la réussite de cet évènement.

 

Bravo à toutes et à tous !


Formations